Expatriés braved the hard weather conditions to conquer Triathlon de Deauville

Triathlon International de Deauville, September 27, 2020 (M)

Race Reporters: Camille

 

Bienvenue au Triathlon International de Deauville, distance M (mais on préfère « Distance Olympique » ça sonne mieux 😉).

Arrivée en bande samedi, nous sommes une dizaine de copains pour le weekend : nos chers Expatriés : Grégoire, JC, Maxime, Guillaume, une ex-expat’ Apolline et des copains du Stade Français (oui oui ça pactise avec la concurrence !).

Nous prenons nos marques et suivons de près la météo…. la tempête ayant quasiment eu raison du zodiac des sauveteurs en mer, le Duathlon nous guette, à la plus grande déception de Camille et de Guillaume (qui s’était entraîné la veille pour et s’était rendu compte à 15h qu’il n’avait pas de combinaison).

Épreuve de Long le samedi après-midi : natation annulée, Apolline s’élance courageusement vers 14h00; arrivée 20h de nuit sous la pluie : costaud !

Dimanche c’est à notre tour, grasse mat’, brunch de sportif, gatosports au four, on surveille les infos de l’organisation pour apprendre qu’après le « L » c’est la natation du DO750 est annulée.

Les pronostics vont bon train mais tout semble déjà joué pour nous aussi…

13h00 la décision tombe : ce sera bien un Duathlon : 3.5km de CAP / 40km de vélo / 10km à pied.

Relance des stratégies : quelle tenue pour ce froid ? quelle allure prendre au départ ?….ça bouillonne (sauf pour Guillaume qui apprendra par Maxime et JC 3 minutes avant le top départ que c’est 3.5km de CAP et non 7…merci les gars!)

Mais déjà l’équipe se met en marche vers le parc à vélo.

Emmitouflés dans nos gros manteaux, on complète notre équipement de manchons, gants, affaires de vélo…pour épaissir nos petites trifonctions taillées pour les courses du mois de juin.

Il faut s’abriter du vent, ne laisser sa consigne qu’au tout dernier moment et se diriger vers la plage pour un départ en Rolling start (6 personnes toutes les 10 secondes)

Première CAP :
On aperçoit Grégoire dans les toutes premières vagues qui s’élance en tête et part en bagarre pour le podium. Guillaume, JC et Maxime s’élancent plus loin et remontent petit à petit. Pendant ce temps, Camille fait tomber le masque et s’élance dans le sable à leur poursuite pour arriver au parc à vélo dans la 1e moitié de la course.

T1 :
Arrivée au parc à vélo Grégoire se régale et fait une transition express avec tous les conseils de coach Sylvain en tête (casque vissé en 0,5 secondes, grande gorgée d’eau, baskets dans le bac, saut sur le vélo et claquage des élastiques)

Au contraire, Guillaume est aux habitués absents des sessions bricks et ça se paye cash : 171e temps!
Maxime et JC ont décidé de faire la course ensemble, histoire de quand même rigoler au milieu de la tempête. Départ et course synchro jusqu’à la T1, il se lance aux coudes à coudes sur les vélos.

De son côté Camille porte son vélo à bout de bras à travers le parc au-dessus des montagnes de sable qui s’y sont engouffrées.

VÉLO :
Après les premiers mètres 500m, la « fameuse » côte Saint Laurent : 350m à 14%.

Grégoire vit sa meilleure vie, il est 5ème à ce moment de la course. L’idée initiale était de faire un vélo en gestion et un 10K en boulet de canon…mais l’euphorie le gagne : il change complètement de stratégie en haut de la côte Saint Laurent : l’objectif est de rester dans le top 10 le plus longtemps possible…et de prendre plaisir au maximum.

Après 25km dans le top 10 (à se faire doubler par 3/4 avions dans les descentes et à les reprendre dans les montées au prix d’efforts inconsidérés), Grégoire se fait dépasser de manière assez franche par 5 concurrents en 5 minutes…50 minutes à bloc (35kmh sur ce parcours si difficile) et le top 10 lui échappe : la raison le rattrape, il coupe son effort au 30ème km pour se donner une chance de finir la CAP.

Guillaume se rappelle des mots d’un ami avant la course « la côte n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît » et comprendra rapidement qu’il s’est fait duper. Il tente de s’accrocher aux nombreuses machines valant 10x le prix de la sienne, s’énerve contre sa casquette qui lui tombe sur le visage, les faux plats montants et les planqués dans sa roue (« Jonathan » si je te recroise…). Il a beau se chercher des excuses, le vélo ce n’est pas son point fort.

JC voit partir Max comme Pogacar dans St Laurent et se dit qu’il sera dur de suivre aujourd’hui…mais c’était sans compter la double crampe au sommet. Il reprend donc la tête mais l’absence de Max l’inquiète , il temporise… Max le rejoint finalement dans la deuxième côte, bilan de ses crampes partagé, ils repartent ensemble.

Derrière Camille se surprend à doubler le peloton des poids lourds, (ça peut parfois être utile d’être un petit gabarit !) mais comme tout le monde, finit là haut à bout de souffle. (« le cœur dans la bouche » comme nous avait prévenu l’orga au départ^^).

Le parcours continue, rafales de vent, 2 autres belles et longues côtes, descentes un peu mouillées, non rassurantes mais surtout l’envie de conserver des jambes pour la course à pied.

Il ne fait vraiment pas chaud…le temps est long…Camille se jure solennellement de ne jamais s’inscrire sur un format L sur un coup de tête (…trop tard…le frenchman à bel et bien été reporté à 2021…)

T2 :
Arrivée sur les derniers kilomètres, ça mouline sur le retour.

Grégoire termine sur le petit plateau et pose le vélo autour entre la 15ème et la 20ème place, gros kiff tout le public est à fond, transition express une nouvelle fois [3ème temps de T2, petite victoire grâce aux bricks] !

Guillaume ne voit pas de Grégoire à l’horizon et sait qu’il va falloir sortir une grosse CAP pour aller le chercher!

JC sort devant de la T2 mais après quelques virages voit Max revenir. A priori les crampes du vélos sont loin et même s’il demande à JC de s’accrocher…ça s’annonce compliqué…sa prépa pour Aix aura été concluante !

De retour au parc, nouvelle escalade des dunes de sable pour Camille et départ pour la course avec de bonnes jambes.

 


CAP et ARRIVÉE :

Les 10km se décompensent en 2 boucles de 5km nous donc sommes nombreux à pied, l’ambiance est canon, malgré le froid les supporters sont là ! Heureusement le parcours est plat, malgré les passages sur le sable qui coupent les jambes et le souffle à de nombreuses répétitions….

Guillaume s’envole avec le 8ème meilleur temps de course à pied en 36’39, des bonnes sensations et une petite frustration d’en avoir gardé un peu trop sous la semelle.

Grégoire sait que Guillaume va tout déchirer sur ce 10K et que la marge est maigre. Après 2 premiers Km à l’allure visée, les forces lâchées sur le vélo se font rapidement sentir et il décide de ralentir le rythme … Mais rien n’y fait, les crampes arrivent au 7ème, il faut s’arrêter, s’étirer puis finir tranquillement en 42’05.

Maxime toutes forces retrouvées galope et termine son 10k en 40′. Il franchit la ligne 1′ avant JC. Le plan de base a presque été respecté : on ne se quitte pas de la course… à plus ou moins ou – 1′ prêt.

Enfin, Camille reste concentrée sur son objectif : finir la CAP en moins de 55′, elle boucle en 53′, l’objectif fixé il y a plusieurs mois est atteint ! Victoire personnelle !

🏆🏆🏆

Le classement final de ce Duathlon contre vents et marrées, avec 1 496 inscrits pour 1 029 finishers :
Guillaume : 2h08 – 25ème
Grégoire : 2h10 – 39ème
Max : 2h19 – 113ème
JC : 2h20 – 130ème
Camille 2h51 – 684ème – 52/129 femmes

0